Restauration – L’ancienne mine Solbec devenue lieu de villégiature

Partagez:

Publié le 13 mars 2018

Voici une vue du lac de la Héronnière, près de Stratford, dans la MRC du Granit. L’eau est de qualité impeccable; elle respecte les normes environnementales en vigueur.

Autour du lac se trouvent plusieurs maisons et des terrains prêts à la construction de résidences principales ou secondaires.

L’été, on peut faire d’agréables promenades et croiser une faune typique de ce genre d’endroit.

Qui pourrait dire qu’il y a déjà eu, sur ce site, une mine de cuivre, de zinc et de fer? Retour en 1962.

En 1962, le Groupe Minier Sullivan, aujourd’hui disparu, lance la production à la mine Solbec. La mine Solbec produit du cuivre, du zinc et du fer.

L’exploitation de la mine cessera en 1970, mais le concentrateur continuera à recevoir du minerai des mines voisines Cupra, Weedon et Clinton jusqu’en 1977.

De 1962 à 1977, les résidus miniers ont été déposés dans un parc de 66 hectares. On estime que le parc contient 4,2 millions de tonnes de résidus générateurs d’acide.

À la fermeture, 20 des 66 hectares du parc étaient submergés, mais les concentrations de zinc, de cuivre et de fer étaient trop élevées.

Une étude de caractérisation

En 1986, le ministère des Ressources naturelles (aujourd’hui le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles) commande une étude de caractérisation du site et des différentes possibilités de restauration du parc Solbec, classé dans la catégorie des risques élevés pour l’environnement. L’inondation du site est retenue comme la meilleure solution pour l’environnement. C’est ici qu’entre en scène l’ancienne société minière Cambior, acquise en 2006 par IAMGOLD.

1994 – Après plusieurs essais visant à choisir la meilleure méthode d’inondation, Cambior amorce les travaux de restauration. La société construit 2 digues qui vont permettre d’inonder le parc avec un recouvrement minimal d’un mètre d’eau. Il a fallu déboiser 27 hectares de terrain. Les digues ont un noyau de till (dépôt de boue, de limon,  de sable et de gravier) imperméable, mais on a aussi installé une géomembrane imperméable et un lit filtrant. Cambior a aussi construit un déversoir en béton pour faciliter l’évacuation des crues.

Cambior a utilisé un agent neutralisant pour corriger les problèmes d’acidité de l’eau (pH). En moyenne, 230 tonnes de matériel neutralisant ont été épandues par hectare.

Suivi environnemental

Dans les années qui ont suivi, on a fait un suivi environnemental fréquent. Ce suivi servait à évaluer plusieurs choses :

  • la qualité de l’eau de recouvrement, de l’eau souterraine et de l’eau d’effluent;
  • le bilan hydrologique;
  • l’effet des vagues et des glaces sur le remaniement des sédiments de fond et sur l’érosion des berges;
  • les populations microbiologiques.

Les travaux de restauration ont été terminés en 1995.

Aujourd’hui, personne ne pourrait dire qu’il y a déjà eu une mine à cet endroit.

Pour terminer, regardez cette courte vidéo dans laquelle Serge Vézina explique les travaux de restauration.