Le FRAN, restaurateur de sites d’exploration minière abandonnés

Partagez:

Qu’est-ce que le FRAN ? C’est le Fonds Restor-Action-Nunavik. Il a été créé dans le but de contribuer à la restauration de sites d’exploration minière abandonnés dans le Nord-du-Québec.

Il regroupe 30 sociétés du secteur minier œuvrant partout au Québec. Ces sociétés poursuivent un but commun : nettoyer et réhabiliter des sites d’exploration minière abandonnés au Nunavik.

Elles travaillent en partenariat avec les gouvernements, les Inuits et les Premières Nations :

  • Administration régionale Kativik (ARK)
  • Société Makivik
  • Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles du Québec (MERN)
PARTENAIRES
Abitibi Géophysique inc. Société Makivik
Association de l’exploration minière du Québec (AEMQ) Mines Aurizon
Association minière du Québec (AMQ) Mines Opinaca (les) – (Goldcorp)
Agnico Eagle Exploration Osisko Baie James (Mines Virginia inc.)
QMX Gold Corporation (Alexandria Minerals Corporation) PricewaterhouseCoopers
Areva Québec Association canadienne des prospecteurs et entrepreneurs (PDAC)
Canadian Royalties Inc. Ressources Appalaches
Dios Exploration Ressources Breakwater (aujourd’hui Nyrstar)
Ditem Exploration Inc. Ressources Cartier
Donner Metals Ltd. (maintenant Ressources Sphinx) Ressources Majescor inc.
Eastmain Resources Ressources Metco
Exploration Azimut inc. Ressources Sirios inc.
Everton Resources Ressources Strateco
Redevances aurifères Osisko Roche Ltée, Groupe-conseil (aujourd’hui Norda Stalo)
Genivar Glencore Raglan – (Xstrata Nickel)
Hélicoptères Canadiens (les) Stornoway Diamond Corporation
Knight Resources Ltd. Urenium Star
Administration régionale Kativik Société d’exploration minière Vior inc.

 

Quand ?

Pendant 30 ans, soit entre 1950 et 1980, le Nord-du-Québec a été le théâtre de plusieurs campagnes d’exploration par des sociétés qui n’étaient soumises à aucune réglementation en matière de nettoyage de sites. Plusieurs sites ont été abandonnés, jonchés de matériel, d’équipement, de pétrole et de produits toxiques. Ce contexte historique est expliqué plus en détail dans notre fiche Sites miniers orphelins : historique, encadrement juridique.

Années 1990 et suivantes – Les communautés Inuits commencent le nettoyage. Un projet pilote est lancé dans le but d’identifier et de localiser les sites d’exploration abandonnés au Nunavik.

2001-2002 – On dresse une liste de 193 sites potentiels, dont 90 sites qui sont identifiés comme des sites d’exploration minière abandonnés et classés comme suit :

NETTOYAGE
Nettoyage de grande envergure Nettoyage de moyenne envergure Nettoyage de faible envergure
Nombre de sites 18 27 45

 

2004 – l’ARK conclut une entente de 4 ans (2004-2008) avec Environnement Canada et lance des projets pilotes en 2005 et 2006 sur 2 des sites nécessitant des travaux de nettoyage de grande envergure (KAW-35 et PJ-1)

Cruise North Expedition, la Société Makivik et l’ARK entreprennent de nettoyer les sites PJ-17, PJ-17A et PJ-18. Ces travaux ont été effectués entre 2005 et 2009.

2007 – Une entente de contribution officielle est signée par l’ARK, la Société Makivik, le MERN et un consortium de sociétés minières connu sous le nom de Fonds Restor-Action-Nunavik (FRAN).

2007-2012 – Des travaux de réhabilitation sont réalisés sur les sites nécessitant un nettoyage de grande envergure. Durant cette période, le FRAN a offert une contribution d’une valeur de 750 000 $. Cette contribution a été renouvelée pour la période 2012-2017.

Pour sa part, le MERN verse une contribution financière maximale de 4,1 millions de $ pour la réalisation du projet.