Recherchez ou posez votre questionVotre question

Merci pour votre question.
Nous sommes à l'écoute de vos questions et préoccupations sur l'industrie minière au Québec.

Veuillez ouvrir une session avec Facebook ou Twitter afin de soumettre votre question à notre équipe.

Sachez que nous respectons vos données personnelles. Consultez notre politique de Protection des informations personnelles.

En vous connectant vous acceptez la charte de participation de Minalliance.

Vous pouvez aussi soumettre une question par courriel.

Soyez assuré que nous n'écrirons jamais sur votre ligne du temps sans votre accord.

Sachez que nous respectons vos données personnelles. Consultez notre politique de Protection des informations personnelles.

En vous connectant vous acceptez la charte de participation de Minalliance.

Votre question sera affichée lorsque notre équipe y aura répondu
Une erreur est survenue, merci de revenir plus tard!

Notre équipe communiquera avec vous si vous souhaitez être informé(e) de l’avancement de notre réponse. Veuillez svp nous fournir votre courriel si vous souhaitez ce suivi.

Une erreur est survenue, merci de revenir plus tard!
Réponse

Bonjour Seydou,

La prospection est la première étape du processus de développement d’une mine.

L’Association de l’exploration minière du Québec (AEMQ) divise les travaux d’exploration en plusieurs phases :

  1. Prospection initiale

  2. Exploration de base

  3. Validation de cible

  4. Délimitation d’une ressource présumée

  5. Forages de définition et exploration avancée

Vous pouvez voir ces étapes dans cette infographie.

La prospection initiale vise à découvrir des métaux précieux et des minéraux dans un territoire donné, bref à dresser et valider le potentiel minéral de ce territoire.

Une bonne stratégie de prospection permettra de bien comprendre le contexte géologique et de cibler des régions à partir de coupes de lignes, de levés aéroportés, de levés géochimiques et géophysiques, et d’échantillonnages de roches. Elle utilisera la cartographie géologique de surface qui contribue à mieux définir le contexte d’une région et possiblement à découvrir des indices affleurants, soit les cibles les plus prometteuses.

Pour repérer des dépôts enfouis ou aveugles, on doit faire appel à des méthodes géochimiques ou géophysiques.

Les méthodes géophysiques recherchent des anomalies, au niveau de la gravité, du magnétisme terrestre et de la conductivité électrique des terrains, etc. Par exemple, un gisement riche en fer pourra donner des anomalies au niveau du magnétisme terrestre ou de la conductivité électrique des terrains.

Les méthodes géochimiques consistent à analyser des échantillons de roches et les dépôts meubles du mort terrain pour leur contenu en divers éléments métalliques et tenter d’isoler des anomalies. Par exemple, si un dépôt enfoui de sulfure de cuivre a été érodé, il est probable que les sédiments qui résultent de cette érosion présentent des concentrations anormales en cuivre, témoignant de la proximité du dépôt. On pourra retracer la source selon les dépôts laissés par les glaciations et l’érosion.

Dans le cas où les renseignements recueillis grâce aux relevés indiquent un élément inhabituel à certains endroits dans la zone du levé, une équipe de prospection vérifiera l’anomalie afin de confirmer la présence de minéraux. L’équipe prélèvera ensuite des échantillons dans le but d’effectuer des analyses qui permettront de déceler et d’évaluer la présence de métaux et de minéraux.

En présence de résultats positifs, on poursuivra les travaux en réalisant des forages de définition. Ils permettent de découvrir, confirmer et délimiter un premier inventaire minéral. À cette étape, on évalue le potentiel économique de façon préliminaire et on réalise une première étude de préfaisabilité.

La prospection peut durer plusieurs années et requérir des investissements considérables, de l’ordre de 1 à 2 millions de dollars chaque année. C’est une étape très importante, car elle détermine la poursuite de travaux d’exploration qui mèneront, éventuellement, au démarrage d’une mine.

Sources:

  • Association de l’exploration minière du Québec – Travaux d’exploration – Intervention sur le terrain

  • Minesqc.com – Le processus de développement minéral

Partager